Château de Bourdeau

Annecy

A Annecy, il n’y a pas que le lac et le paysage qui soient remarquables ! La vieille ville, surnommée la petite Venise des Alpes, abrite de superbes bâtiments. Pour les plus pressés, impossible de passer à côté du Palais de l’Isle, du musée-château et des rues à arcades, selon Denis Fogola, guide-conférencier à la Communauté de l’agglomération d’Annecy, membre du réseau Villes et Pays d’art et d’histoire.

Le palais de l’Isle

Construit sur une île rocheuse naturelle, ce bâtiment en forme de vaisseau, cerné par les eaux du Thiou, est l’emblème de la vieille ville d’Annecy. Il figure parmi les monuments les plus photographiés de France. Ses parties les plus anciennes datent du XIIe siècle. L’édifice a été successivement une prison, l’atelier monétaire des comtes de Genève, un palais de justice, un asile… Depuis 2005, le Centre d’interprétation de l’architecture et du patrimoine a investi ce bâtiment classé.  A l’intérieur, l’exposition permanente permet d’appréhender la ville et son patrimoine, aussi bien ancien que contemporain.

Le musée-château

Depuis la porte Sainte-Claire, en empruntant la côte Saint-Maurice, on accède au musée-château d’Annecy. Erigé sur un épéron rocheux, le site offre une vue plongeante sur le centre historique de la ville, révélant la belle unité de ses toitures, le bucolique canal du Thiou et ses quais, et, en toile de fond, le massif des Bornes. Cette ancienne résidence des comtes de Genève et des ducs de Savoie sert d’écrin au musée d’art contemporain et d’art régional de la ville qui abrite de très belles collections. La Tour et le logis Perrière abritent l’Observatoire régional des lacs alpins, lieu de vulgarisation scientifique et de sensibilisation, regorgeant d’informations pour toute la famille.

La rue Sainte-Claire

A deux pas du Palais de l’Isle, la rue Sainte-Claire est la plus typique des rues de la vieille ville. Jalonnée d’arcades, elle est un modèle de l’urbanisation de laRenaissance. Elle a conservé son activité commerciale intense. A proximité, de l’autre côté du Thiou, la rue Jean-Jacques Rousseau où se dresse la cathédrale Saint-Pierre. L’auteur des Confessions y a fait ses premiers pas de musiciens. C’est aussi là que sa rencontre avec Madame de Warens a eu lieu et qui est immortalisée à travers la fameuse fontaine du Balustre d’or, au numéro 10 de la rue.

Source : http://www.savoie-mont-blanc.com/Decouvrir/Explorer/A-visiter/Annecy-express